Agence béarnaise d'électricité

[PARTENARIAT] Réseau Entreprendre, naturellement…

Fin 2020, l’association Réseau Entreprendre qui a accompagné depuis 2003 plus de 385 lauréats soit 316 entreprises, comptait 170 membres. Parmi eux des patrons de domaines d’activités très variés, soucieux de partager leurs expériences à des porteurs de projets pour les aider à se développer.

Naturellement, Norbert a rejoint l’aventure des “patrons qui donnent de leur temps pour ceux qui se lancent”…


3 questions sur son engagement :

Le Réseau Entreprendre Adour, c’est accompagner de jeune entrepreneur en partageant son expérience de patrons

Norbert, Qu’est-ce qui t’a décidé à accepter de t’impliquer dans le réseau quand Fabrice Delpech, animateur Béarn Bigorre est venu te chercher ? 

Comme souvent, je marche au feeling… Dès notre première rencontre, le courant est de suite passé (normal je suis électricien). Plus sérieusement parce que les valeurs portées par le réseau sont des valeurs qui me parlent et me correspondent.

Engagement, Humanisme, Altruisme, Solidarité.

C’est un travail de l’ombre que l’on fait sans rien attendre en retour, si ce n’est la satisfaction personnelle d’apporter de l’aide à des gens qui ont envie d’être moteur dans leur vie, de participer activement à la vie de la « cité ». C’est différent des autres réseaux où on vient d’abord pour développer du business et si on fait de belles rencontres c’est encore mieux. Là, c’est le contraire : d’abord on fait de belles rencontres, on aide les gens et s’il n’y a pas de business, ce n’est pas grave : de toutes façons, ce n’est pas fait pour ça.

Que penses-tu apporter aux lauréats ?

Au début de ma carrière, la personne chargée de me former et m’intégrer m’a dit une phrase « l’expérience, c’est l’accumulation des cheveux blancs ». Trente années après, j’ai des cheveux blancs (grisonnants) et donc je considère également qu’il est de mon devoir de penser à partager mon expérience de chef d’entreprise.

Cela vient également d’un constat : Au début de la création de mon  entreprise, j’ai souvent eu l’impression d’être un peu « seul » et de ne pas avoir une oreille pour m’écouter et me donner des conseils. Cela à peut-être freiner le développement de l’entreprise. Mais à contrario, cela a peut-être permis de la développer plus « solidement ». Je pense pouvoir apporter cette expérience de chef d’entreprise, et aussi ma bonne humeur et mon enthousiasme.

Pour ce qui est de mon implication, je dirais, me connaissant, que lorsque je m’engage, je ne sais pas faire les choses à moitié. Donc avec le temps, je m’impliquerai de plus en plus, en fonction bien entendu de mes disponibilités.

En plus d’aider les lauréats, qu’est-ce que cet engagement apporte aux membres ? 

Je pense que le boulot commence déjà en amont. Tout le monde ne devient pas lauréat. Par contre, toutes les demandes sont analysées par des membres du réseau. Le plus important est déjà là.

« Refuser » un dossier, ne doit pas être pris comme une sanction, un carton rouge. Au contraire, ce sont des professionnels qui ont de l’expérience qui analysent les dossiers. S’il un dossier est « refusé », il faut comprendre que cela peut-être bénéfique pour le porteur du projet. C’est comme un garde-fou : il vaut mieux un « non » avec explications, qu’une faillite et des dettes.

Ensuite, l’engagement qui suit le lauréat, lui permet de tisser des liens très forts avec son ou ses parrains, marraines. On va plus loin que de simples réunions. Le lauréat s’engage par un retour dans le temps et nous également.

On fait un suivi, on est là lorsqu’il en a besoin, lorsqu’il a des doutes. On peut également aller jusqu’à jeter un œil (ou les deux) sur ces résultats. Il ne doit pas y avoir de sujets tabous entre le lauréat et son parrain, sa marraine. On est là pour aider, conseiller, écouter sans rien attendre en retour et c’est important que les lauréats le comprenne. On peut être l’épaule sur la quelle se reposer, mais aussi le coup de pied qui va le réveiller

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières

Articles récents

Besoin d'aide ?

N'hésitez pas à nous contacter

Maxime B

Électricien

« Je suis content de faire ce que je fais même si ce n’est pas facile tous les jours ! » Pour Maxime, l’école ressemblait plus à une corvée. Il est tombé dans l’électricité un peu par hasard et a poursuivi jusqu’au Bac Pro. Finalement, cette profession est en constante évolution, et c’est ce qu’il lui plaît. Pour ce parisien touche à tout, il fallait un métier qui bouge. « j’aime particulièrement les chantiers tertiaires : de la finition aux aspects higt tech, tout est différent et intéressant.” Après 10 ans d’intérim à Toulouse, quand il arrive à Pau, il rejoint le groupe ABE pour une mission qui se transformera en CDI.
Souvent en binôme avec Rémi B, il apprécie aussi travailler en autonomie et aimerait d’ici quelques temps gérer les projets de A à Z. Papa poule de 3 minots, il est au boulot comme à la maison : Maxime n’aime pas les conflits, arrondit les angles ; ce qui lui permet de s’entendre avec tout le monde et d’avancer sereinement. Et Norbert lui rend bien : Il y a une vraie bonne ambiance chez ABE : on nous fait confiance et cela nous donne envie de nous surpasser… »